Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 17:04

 

Recension du livre Prière d'insérer effectuée par Adeline Scherman Nebojsa.

 

 

couv dragan.pdf-pages(1)

 

http://www.psyetdroit.eu/wp-content/uploads/2014/11/ASNDB-Prière-dinsérer2.pdf

Repost 0
Published by dragan - dans Insertion
commenter cet article
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 21:36

Mon nouveau livre coécrit avec Tony Ferri, La condition pénitentiaire, a paru aux éditions l'Harmattan. Une présentation sera organisée en septembre à Paris, et peut-être à Rennes.

 

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=40787

 

 

 

 


rectoverso

LA CONDITION PÉNITENTIAIRE

Essai sur le traitement corporel de la délinquance
Dragan Brkic, Tony FERRI
Questions contemporaines
TRAVAIL SOCIAL


Dans quelle situation d'existence se trouvent les condamnés lorsqu'ils ont à purger une peine ferme ? Comment vivent-ils leur parcours carcéral, comment s'accommodent-ils de leur aménagement de peine quand il prend la forme du placement sous surveillance électronique ? À partir des données actuelles observables en France et de la question portant sur les effets concrets de l'enfermement pénal, ce livre se résout à mettre des mots sur ce qui est parfois ressenti obscurément tant par les reclus que par les porteurs du bracelet pénal.


 

ISBN : 978-2-343-01083-0 • juillet 2013 • 166 pages

Prix éditeur : 17,5 € 16,63 € / 109 FF
     [retour]     

Commander

Commander la version numérique (Pdf texte) : Commander la version numérique au format Pdf (-25%) 13,13 € | 3 151 Ko
EAN Ebook format Pdf : 9782336321196
Repost 0
Published by dragan - dans Insertion
commenter cet article
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 22:26

Brkic Dragan

30 D rue Louis Guilloux

35 000 Rennes

brickdragan@yahoo.fr

06-82-20-83-58

 

 

 

Conseiller d’intégration

 

 

Étant d’origine étrangère et ayant eu un parcours d’insertion assez difficile, j’ai eu l’idée de transmettre mon expérience à travers la création d’une nouvelle profession ayant pour dénomination « conseiller d’intégration ».

Pour que vous puissiez bien comprendre les missions de cette nouvelle profession et en saisir l’intérêt, je vais vous exposer ci-après :

 

-          les missions de cette nouvelle profession ;

-          son champ d’intervention ;

-          son statut social ;

-          les objectifs et l’intérêt pour la société.

 

 

 

 

 

 

Missions du CONSEILLER D’INTÉGRATION 

 

 

Les missions du conseiller d’intégrationdécoulent en grande partie de mon expérience sociale et professionnelle.

En tant qu’ex-immigré ayant eu des problèmes d’orientation et d’exclusion, j’ai pris conscience qu’à un moment donné du parcours, l’immigré, ou la personne qui a obtenu sa naturalisation, a grandement besoin du soutien d’une personne expérimentée, agrémentée et soutenue par l’État et les différentes institutions administratives et locales. Ceci afin de favoriser au maximum son intégration à des moments cruciaux de la vie, et d’anticiper un passage qui le mènerait à la délinquance ou à d’autres dérives.

 

À cet égard, que peut apporter le conseiller d’intégration ?

 

Cette personne doit se situer aux frontières du « travail social » et du « contrôle social ».

Elle doit utiliser les compétences du travailleur social, du conseiller d’insertion et de probation, du conseiller en économie familiale et sociale, du conseiller en réadaptation, du conseiller d’orientation et du conseiller principal d’éducation en milieu scolaire.

Ses missions pourront être aussi variées que précises.

Précises au niveau du processus d’intégration d’une personne ou d’une famille, c’est-à-dire par rapport au stade acquis : du langage, de l’intégration scolaire, sociale et professionnelle, des comportements sociaux, de la capacité d’autonomie, de la connaissance de l’histoire de la France, des us et des coutumes du pays.

Variées au regard des différentes orientations possibles pouvant favoriser l’intégration des personnes suivies : aide psychologique à la personne, groupe de parole, vie associative, chantiers d’insertion, vie citoyenne, citoyen-référent, aides sociales, « discrimination positive », etc.

 

Ces missions peuvent se résumer :

 

-          au bilan ponctuel d’intégration ;

-          à la remédiation (action de remédier aux difficultés et lacunes des clients en risque d’échec d’intégration sociale par diverses procédures de type soutien).

-          à l’apport de connaissances aidant à l’intégration ;

-          à l’évaluation du travail de conseiller d’intégration.

 

Champ d’intervention du CONSEILLER D’INTÉGRATION

 

Clientèle :

 

La clientèle du conseiller d’intégration est la population immigrée ayant des papiers en règles, la population ayant été récemment naturalisée ou en demande de naturalisation, les scolaires Français d’origine étrangère, et les élèves en général dans le cadre d’une information sur l’immigration.

 

Attributions :

 

Les attributions du conseiller d’intégration relèvent de la délégation (ou agrément) reçue et des missions octroyées par la Préfecture ou un autre partenaire institutionnel.

Le conseiller d’intégration n’agit pas dans le cadre d’un mandat pour faire respecter la loi, mais il peut intervenir dans le cadre d’une contractualisation entre différents partenaires institutionnels et la personne ou famille concernée.

Il est sous l’autorité des institutions lui ayant conféré mandat et missions à exécuter ou il est redevable vis à vis des prestations commandées.

 

Modes d’intervention et modalités de travail :

 

Le conseiller d’intégration peut recevoir les personnes ou familles en entretien dans un bureau (loué par le conseiller d’intégration ou prêté par la préfecture ou les mairies), se rendre aux domiciles des clients, intervenir en milieu scolaire ou autre…

Le conseiller d’intégration travaille sur la base de dossiers constitués, de notes, de rapports écrits et oraux.

Son temps de travail est constitué par des entretiens, des moments consacrés à la résolution des problèmes, aux écrits, aux interventions devant un public scolaire, aux évaluations.

Il travaille en réseau : avec des partenaires institutionnels, associatifs et privés.

De manière régulière, il doit rendre compte de son travail aux donneurs d’ordres lors de réunions de la commission d’intégration où le conseiller d’intégration peut évoquer les cas qui posent problème et proposer des solutions.

 

Statut social et juridique

 

Le statut social et juridique du conseiller d’intégration dépendra de la relation établie avec le donneur d’ordre et le mode de facturation, de paiement des prestations ou de règlement de salaire.

Soit le conseiller d’intégration constitue une micro-entreprise et facture ses prestations aux institutions donneuses d’ordre, voire aux clients en demande d’aide et d’orientation.

Soit le conseiller est directement embauché par une ou des institutions grâce à des financements croisés : ministère de l’intérieur, ministère de l’immigration et de l’identité nationale, communes, intercommunalité, conseil général, conseil régional, ministère des affaires familiales et sociales.

Diverses solutions existent. Mais il serait bien sûr préférable que le conseiller d’intégration  ne dépende que d’une seule administration.

Dans un premier temps, le projet pourrait être financé de manière contractuelle et renouvelable afin de tester la démarche.

 

 

Objectifs et intérêt pour la société

 

L’objectif visé est évidemment une meilleure intégration des personnes étrangères en situation régulière dans le pays et des personnes naturalisées ou en attente de naturalisation.

L’ouverture d’un dossier permet de suivre les clients dans leur parcours d’intégration à la société française. Dans l’absolu, la clôture d’un dossier montrerait que cette personne ou famille suivies ont gagné leur autonomie dans la société et sont capables d’assurer eux-mêmes la continuité de leur parcours d’intégration…

L’intérêt sociétal est une meilleure prise de conscience de la capacité de citoyen français ou d’immigré ayant un titre de séjour, sa meilleure intégration scolaire, professionnelle et sociale.

Un gain évident du point de vue du traitement en amont de la délinquance et des déviances. De même, un bénéfice conséquent pour les organismes et institutions distributrices d’aide sociale lorsque les individus parviennent à l’autonomie sociale.

Ainsi, la société française aura un moyen d’accompagner l’intégration des personnes arrivant légalement sur son territoire et d’informer les jeunes de l’histoire de l’immigration en France.

L’enjeu est une meilleure cohésion sociale autour d’une identité commune.

Repost 0
Published by dragan - dans Insertion
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog artistique de Dragan
  • Le blog artistique de Dragan
  • : Art, culture, sport, économie et politique.
  • Contact

Profil

  • Dragan
  • Écrivain, peintre, journaliste.
  • Écrivain, peintre, journaliste.

Recherche

Liens